top of page

Voyager autour du monde en étant diabétique ?

Suivant le rétro-planning que je m'étais fixée, six mois avant de partir, je me décide à faire une batterie de visite médicale pour voyager sereine.

La première était d'analyser mon sang et d'avoir une vision réelle de ma santé.

Ma crainte principale était le cancer puisque dans la famille nous avons eu et avons différents cas, donc l'expression "mieux vaut prévenir que guérir" prenait tout son sens.


Les résultats arrivent, mon médecin me demande de venir le voir et sa première question est : De quand date votre dernière prise de sang ? Je lui avoue qu'elle date de 1995, lorsque j'étais enceinte de mon fils. J'ai vu à sa tête qu'il n'était pas très content.

Il me communique les chiffres :

  • Cholestérol - 359 alors que je devrais être entre 100 et 130

  • Sucre - 262, le taux devrait se situer entre 80 et 150

  • HbA1c - 12.6%, alors que pour une personne de 65 ans il doit être entre 6.5 et 7.5%

Je fais une grimace, cela ne s'annonce pas très bon mais je ne réalise pas encore les conséquences. Mon médecin me dit que je dois prendre urgemment rendez-vous avec un endocrinologue afin de déterminer si je suis diabétique et si oui, de quel type : 1 ou 2.

Diabétique moi ? L'image qui me vient en tête est : insuline. Purée, aucune envie de me piquer.


Rendez-vous est pris avec l'endocrinologue à l'hôpital AZ Sint Jan Portaels de Vilvoorde.

Cela ne rigole plus, mon docteur est très sérieuse et ne répond pas à mon humour de situation. Elle me dit que vu les taux anormalement hauts, je dois rentrer à la clinique du diabète pour 3 nuits afin de faire des tests, un scan et de m'éduquer à la diététique. J'aurai des piqures d'insuline.

J'essaie de trouver une parade mais elle me répond que je ne réagis pas aux médicaments, que mon pancréas doit être tellement saturé de sucre qu'il ne réagit plus trop et n'assure pas correctement l'élimination dudit sucre.

Elle veut essayer d'éliminer le sucre, réactiver le pancréas et voir en septembre, si je peux, lorsque je partirai sur les routes :

  • continuer sans insuline, peut-être avec uniquement des médicaments;

  • n'avoir qu'une piqure par jour d'insuline lente;

  • devoir continuer avec 3 piqures d'insuline rapide et 1 lente par jour.


Qu'est-ce que la clinique du diabète ?

C'est une clinique qui garantit un traitement pour diabétiques en leur apprenant à contrôler au mieux la glycémie et éviter à long terme des complications chroniques.

Nous avons un planning de traitement, l'apprentissage de ce qu'est le diabète et comment utiliser un stylo à insuline, des cours de diététique, des conseils psychologiques, des informations sur les soins à apporter à notre corps comme le suivi des pieds, des yeux et des dents.


Dans ma tête, je suis prête. Je me dis que j'ai bien profité de la vie durant 65 ans en mangeant ce que je voulais, en buvant à satiété soda, jus et cola, en exagérant naturellement sur les quantités, les gâteaux et nos couques belges ... Les taux le prouvent alors autant me conformer à ce que le personnel médical me dira de faire car franchement, j'ai envie de profiter de la vie pendant 20, 25 ans en bonne santé.

Vous avez lu que le van n'est pas bon marché, j'y ai investi pas mal d'argent, mon envie de voyager est grande .... Le sacrifice du chocolat et autres trucs sucrés ne seront pas un obstacle à mon rêve ambulant.

Quelques données sur le diabète dans le monde

Environ 425 millions de personnes dans le monde souffrent déjà de diabète. Rien qu'en Belgique, leur nombre est estimé à 810.000.

Un récent article de 2024 (Le nombre de diabétiques augmente fortement en Belgique - Le Soir) informe que leur nombre a augmenté de plus de 5% accélérant ainsi la tendance des années précédentes. L'AIM estime qu'un Belge sur trois est concerné par le diabète et ne le sait pas (encore).

Voici la statistique Monde communiquée par l'université de Sherbrooke, Québec, Canada.

Allemagne 6.9; Belgique 3.6; Corée du Sud 6.8; France 5.3; Espagne 10.3; Etats-Unis 10.7; Hongrie 7; Irlande 3; Israël 8.5; Italie 6.4; Japon 6.6; Luxembourg 5.9;

Le + Pakistan 30.8 et le - Bénin 1.1


Quelles sont les causes du diabète ?

Le sucre est un fournisseur d'énergie pour le corps et est transporté dans les cellules par l'insuline, une hormone. Le diabète se développe quand ce processus est perturbé. Les causes et les possibilités de traitement varient d'un type à l'autre:

Type 1

Cette maladie auto-immune se produit lorsque les cellules bêta du pancréas, qui produisent l'insuline nécessaire à la régulation du sucre dans le sang, sont détruites par le système immunitaire. L'organisme ne peut alors plus produire d'insuline.

Type 2

Le pancréas ne produit pas suffisamment d'insuline ou l'organisme ne peut pas l'utiliser efficacement pour convertir le sucre sanguin en énergie. C'est ce qu'on appelle l'insulinorésistance. Ce type est le plus fréquent chez les personnes en surpoids et chez celles de plus de 50 ans. Cependant, ces dernières années, il a été constaté une augmentation du nombre d'enfants et d'adolescents en surpoids. L'obésité et le manque d'exercice sont les causes principales du diabète de type 2.

Diabète gestationnel

Le diabète gestationnel survient généralement au cours du dernier trimestre de la grossesse et disparaît après la naissance. Les principaux facteurs de risque pour le développement du diabète gestationnel sont l'âge, l'obésité et les prédispositions héréditaires.

Prédiabète

C'est l'état dans lequel la glycémie est élevée mais pas assez pour qu'elle soit qualifiée de diabète.

Si cela vous intéresse, visionnez cette vidéo : https://youtu.be/PkHwH-kBn5I


Quels sont les symptômes et les risques ?

Une personne sur cinq n'est pas consciente d'être atteinte par la maladie. Les symptômes passent sous le radar et la personne n'observe aucun signe.

  • Envie d'uriner fréquentes, en particulier la nuit;

  • Soif et faim toujours présentes;

  • troubles de la vision : vision floue;

  • fatigue chronique;

  • cicatrisation très lente des coupures ou des plaies;

  • sensations de picotements ou engourdissements dans les mains ou les pieds;

  • perte de poids inexpliquée.


Perso : nada, j'ai la capacité de ne pas devoir souvent uriner alors que je bois mes deux litres de liquide par jour. Je fais un petit pipi à 3h du matin sauf si je ne bois plus rien à partir de 19h.

Lors de la réponse pour la soif, elle m'a demandé si j'avais souvent la bouche sèche et j'ai poussé une pointe d'humour en lui répondant que j'avais la bouche sèche si j'apercevais un beau mec et que j'haletais d'envie de passer à l'acte,. Cela n'a pas eu le résultat escompté, l'endocrinologue a soulevé les sourcils et m'a regardé fixement, je me suis dit que ma version en flamand ne devait pas être au top niveau traduction ou qu'elle n'avait pas un sens de l'humour développé. Oupsss

Côté fatigue, tout va bien, je me couche vers 1h du matin. Perte de poids, que nenni, j'aurais bien aimé avoir ce symptôme.

Une seule réaction me correspondait : des picotements aux orteils et la sensation que la plante des pieds près des orteils devenait épaisse. Sensation mais pas réalité.


L'endocinologue a ensuite énuméré les risques et les complications :

  • maladies cardiovasculaires : cérébral, hypertension artérielle et rétrécissement des vaisseaux sanguins;

  • neuropathie : endommagement des nerfs qui peut entraîner des picotements, des engourdissements, des brûlures allant jusqu'à la douleur. La perte de sensibilité commence par le bout des orteils ou des doigts et se propage progressivement vers le haut (pour les hommes cela peut entraîner une dysfonction érectile.

  • insuffisance rénale, qui peut entraîner des dialyses régulières ou une greffe de rein;

  • lésions oculaires comme la cataracte, le glaucome et pire, la cécité;

  • maladies dermatologiques comme des infections bactériennes et fongiques;

  • ralentissement de la cicatrisation pouvant mener à l'amputation d'un orteil d'un pied ou d'une jambe;

  • apnée du sommeil notamment en cas d'obésité;

  • risque de maladie d'Alzheimer et autres troubles neurodégénératifs.


Cela m'a fait un peu froid dans le dos mais le retour positif était que le coeur, les reins et le foie étaient en bon état. Même soulagement lorsque les résultats de l'ophtalmologue et de la podologue sont revenus, pas de sucre dans les yeux et les picotements sont dûs à une légère détérioration des connections nerveuses mais je peux randonner comme je veux.

La dentiste c'est pour fin juillet.

En résumé, les causes de mon diabète sont :

  1. une origine génétique : mon père l'était et le facteur familial est tout à fait prépondérant. J'en ai informé mes enfants qui se feront dorénavant contrôler chaque année.

  2. une alimentation déséquilibrée;

  3. un manque d'activité physique;

  4. un surpoids, je pèse 105 kg toute nue.

Mise en place de la routine de soins

  • Me laver impérativement les mains car avoir touché des fruits ou avoir une crème sur les doigts peut fausser toute mesure.

  • Contrôler ma glycémie au doigt, et tenir un carnet de surveillance.

  • 7h / 12h / 18h --> Je démarre avec de l'insuline rapide avant chaque repas. L'Humalog est comparable à l'insuline humaine. Son action est rapide et très brève, son effet apparaît environ 15 minutes après l'injection et s'estompe au bout de 2 à 5 heures. Les injections se font dans l'abdomen. Je dois également prendre une pilule pendant chaque repas, Metformine 500, qui exerce une protection cardiovasculaire et antitumorale.

  • 7h --> J'ai une injection d'insuline lente que je fait maintenant le matin car le soir j'avais tendance à piquer du nez ou j'oubliais. La Lantus est proche de l'insuline humaine, son action est identique à l'insuline naturelle mais de plus longue durée. Elle est absorbée plus lentement, plus régulièrement, ce qui permet de ne faire qu'une seule injection par jour. Cette injection se fait dans les cuisses.


Combien coûte le traitement ?

L'INAMI et un centre spécialisé ont un accord appelé 'Convention' qui depuis le 1er juillet 2023 permet le remboursement total par la mutuelle.

L'insuline, les médicaments adacents comme la Metformine sont gratuits.

Le centre Sint Jan Portaels me fournit en capteurs, tigettes, lecteur de glycémie, à l'exception des aiguilles d'injection (14€ pour une boîte de 100 pcs).

Que dois-je faire en plus des injections ?

  • 30 minutes d'activité sportive sont fortement conseillées afin de faire baisser la glycémie et mieux la contrôler, les contractions musculaires entraînent une dépense d'énergie. J'ai démarré 30 jours d'abdominaux via l'app Homework, j'ai trois jours d'exercice pour un jour de repos. J'ai ajouté l'exercice pour les cuisses. Je me sens bien, je suis pleine d'énergie.

  • comprendre mon alimentation et veiller à bien équilibrer mes apports. Aucun aliment n'est interdit, seules les proportions tiennent compte de l'apport en sucre. Il faut que je me fasse plaisir mais en connaissance de causes.


A savoir si vous rencontrez un diabétique en hypoglycémie

Un malaise hypoglycémique peut donner : sueurs, tremblement, troubles visuels, vison double, fatigue soudaine, fringale, vertiges, difficulté de concentration. Si je suis dans cet état, il faut me faire absorber environ 4 morceaux de sucre ou 150 ml de coca normal.

Si l'hypoglycémie est grave, elle peut entraîner des troubles du comportement comparable à l'ébriété, convulsions voire perte de connaissance. L'injection de Glucagen est conseillé.


Et mon voyage alors ?

Tout est question de préparation, de connaître les risques et d'être organisé, principalement si je dois me déplacer en avion ce qui implique des risques de changement horaire car je ne peux déséquilibrer mon traitement. Mes doses devront être adaptées en fonction du décalage horaire éventuel. Maintenant de nombreuses compagnies aériennes proposent des plateaux-repas pour diabétiques.


Pour la vie en van, cela ne sera pas un problème, car mes repas seront principalement cuisinés maison, je peux en adapter les quantités, les légumes, les sauces et mon besoin énergétique.

Si je programme la visite d'une ville, ou des randonnées .... je me dois de prévoir les doses d'insuline nécessaires, les médicaments dans mon sac à dos ainsi qu'une collation de secours associant sucres lents et sucres rapides : sandwich, fruits secs, biscuits, ...

Je devrai vérifier plus fréquemment ma glycémie et avoir de la dextrose et/ou une canette de coca si l'hypoglycémie pointe le bout de nez.


L'insuline est sensible à la température et je devrai la conserver à bonne température :

  • pour l'insuline entamée : environ 25°C, à l'abri de la lumière;

  • pour mon stock d'insuline : si possible entre 2 et 8°C;

  • emporter les quantités nécessaires pendant le voyage, s'approvisionner pour un an;

  • pour les voyages en avion, l'insuline ne peut pas être mise dans la soute à bagage car les températures extrêmes peuvent la détruire.

Je me suis offert une trousse à insuline isotherme, si je pars une journée, avec du soleil (l'espoir fait vivre et nous avons oublié la définition du mot soleil en Belgique ;)), je peux la conserver en toute sécurité.

Je devrai vérifier mes apports alimentaires en l'adaptant aux produits locaux :

  • repérer les féculents locaux et tester leurs intégration dans mon alimentation;

  • éviter de consommer des fruits trop sucrés ou des mets trop épicés;

  • il se peut que j'ai à adapter ma dose d'insuline en conséquence.


Je dois aussi faire attention à ma dépense physique journalière car j'aurai beaucoup plus d'activités physiques que maintenant :

  • visites donc marcher toute la journée,

  • randonnées,

  • natation si le temps le permet.

Je devrai boire régulièrement et abondamment.


En cas de diarrhée, comme pour tout autre personne, je devrai boire abondammaent et manger du riz cuit pour l'apport de glucides.

Je ferai attention à ma peau et principalement à mes pieds. Je dois éviter de marcher pieds nus et nettoyer directement toutes plaies.


Pour voyager et ne pas avoir de problèmes avec les douanes et les réglementations, la clinique du diabète nous a fourni un document signé informant les douanes que j'ai le droit de voyager en cabine avec l'insuline, les aiguilles, de l'eau, un en-cas, .... Il me faut présenter le document, la carte de diabétique ainsi que tout le matériel nécessaire dans un sac séparé de mon bagage à main.


Dans un prochain blog, je vous expliquerai l'impact du diabète sur le permis de conduite C1 et les obligations qui en découlent.


25 vues0 commentaire

Commentaires


bottom of page